Covid-19 : origine du virus, mortalité de la deuxième vague, impact sur la démocratie

Un an après l’émergence du SARS-CoV-2, sa provenance reste encore inconnue. Le virologue Etienne Decroly, qui insiste pour qu’on continue de s’intéresser à la genèse du virus, examine dans une étude l’hypothèse d’un virus échappé par accident d’un laboratoire. « En l’absence d’éléments probants concernant le dernier intermédiaire animal avant la contamination humaine », « certains auteurs suggèrent que ce virus pourrait avoir franchi la barrière d’espèce à la suite d’un accident de laboratoire ou être d’origine synthétique », affirme-t-il. Il plaide aussi pour davantage sécuriser les laboratoires et responsabiliser les scientifiques.

Que ce soit le virus de la grippe ou la peste, ce n’est pas la première fois qu’une épidémie connaît une deuxième vague. Elles ne sont pas toujours plus meurtrières. Frédéric Keck dit observer des points communs entre SARS-CoV-2 et les grippes, lesquelles « peuvent provoquer des deuxièmes vagues aussi voire plus meurtrières que la première ». « Dans les deux cas, il semble que les rebonds soient liés aux températures et aux comportements des populations, parce que les gens ont tendance à être dans des espaces ouverts lors de l’été et des espaces fermés lors de l’hiver », ce qui favorise les transmissions, indique le chercheur. Il analyse également sur France Culture comment le virus modifie notre société et nos comportements, et transforme les relations entre humains et non-humains.

Conseil de défense à l’Élysée, Parlement en format réduit, élections en suspens : alors que l’état d’urgence sanitaire a été prolongé, samedi 7 novembre, jusqu’au 16 février, la vie politique est bouleversée par la crise sanitaire et cherche les moyens de s’adapter. « La démocratie n’est pas mise en sommeil, mais la situation exceptionnelle montre en creux un certain nombre de faiblesses et les améliorations à apporter », observe Bruno Cautrès dans La Croix.

Hugo Mercier et Isabelle Veyrat-Masson analysent de leur côté le discours du gouvernement et son impact sur la population, entre improvisation et manipulation.