Covid-19 : supercontaminateurs, course aux vaccins, lavage des masques, EasyCov

Le sociologue Gianluca Manzo vient de co-publier, dans Journal of Artificial Societies and Social Simulation, un article sur les individus porteurs du SARS-CoV-2 susceptibles de contaminer un grand nombre d’autres personnes. Le spécialiste de l’analyse quantitative des interactions sociales souligne la limite du taux de reproduction du virus (R0), qui ne rend pas compte de la répartition des contaminations. En effet, environ 80 % des cas proviennent de seulement 10 à 20 % des individus contaminés. Par conséquent, le ciblage des individus ayant de nombreuses interactions sociales serait pertinent pour mieux lutter contre le Covid-19, établit l’étude.

Le Parisien revient sur les annonces de plusieurs laboratoires pharmaceutiques concernant les tests très encourageants de leurs candidats-vaccins. Parmi les questions qui se posent figure celle des éventuels effets secondaires. « Pour l’heure, le suivi est de trop courte durée, d’autant plus que les expérimentations ont surtout été effectuées sur des populations jeunes et en bonne santé », pointe le virologue Etienne Decroly. L’Humanité a interrogé plusieurs experts, dont la philosophe Marie Gaille, sur le prix et l’horizon d’une perspective de sortie de crise grâce à ces futurs vaccins.

Alors que les masques chirurgicaux sont censés être à usage unique, Slate indique qu’il est possible pour le grand public de les réutiliser après les avoir lavés. Des chercheurs ont étudié les performances d’une douzaine de références après plusieurs cycles de lavage.

Sur France Info, Serge Morand est invité à réagir à la mutation du Covid-19 qui a été observée chez des visons au Danemark. Des animaux sauvages mis en élevage sont certainement le véritable hôte intermédiaire qui a pu donner naissance au Covid-19, affirme le chercheur.

France Info s’intéresse par ailleurs au test salivaire EasyCov conçu en France mais utilisé uniquement à l’étranger pour le moment. Le site d’information diffuse un extrait d’une enquête à ce sujet de l’émission « Envoyé spécial » programmée jeudi soir. Le Quotidien du Pharmacien s’interroge également sur les raisons pour lesquelles les autorités sanitaires françaises n’ont toujours pas validé ce test.

Le Figaro s’intéresse au projet de l’exécutif de rendre obligatoire l’isolement des personnes contrôlées positives. « Dans l’histoire, la quarantaine n’a jamais vraiment marché car elle est souvent contournée. Mais en 1720, lors de la peste de Marseille, les bâtiments des galériens n’ont pas été touchés car ils étaient isolés du reste de la ville », commente la chercheuse Anne-Marie Moulin.

Enfin, BFMTV rappelle comment l’analyse des eaux usées peut aider à gérer l’épidémie. LCI s’interroge sur l’existence d’un lien entre baisse des températures et accélération de la circulation du virus. « Dans le doute, continuons à respecter les gestes barrières », estime le virologue Yves Gaudin. La Croix et Le Parisien consacrent des articles à la désinformation dans le domaine de la santé et reprennent les avis d’Yves Gaudin et d’Etienne Decroly. Le Parisienconsacre également un article à la renaissance de la ville de Wuhan, épicentre de la pandémie du Covid-19 en janvier dernier. Wuhan est désormais érigée en « ville modèle de la solution chinoise face au virus », selon l’expression du sinologue Jean-Philippe Béja.