Covid-19 : variants, couvre-feu, eaux usées, impact sur l’économie

Alors que des variants du SARS-CoV-2 sont apparus en Angleterre, en Afrique du sud et au Brésil, les campagnes de vaccination sont notre meilleure chance de sortir de la crise sanitaire du Covid-19, estime la communauté scientifique. Plus le virus circule librement, plus ses chances de muter et de développer une forte résistance aux anticorps sont élevées, explique Etienne Decroly dans Le Figaro. « D’où l’importance de vacciner le plus vite possible et de contrôler le plus strictement la circulation du virus. » La propagation des variants brésilien et sud-africain – très contagieux – inquiète en particulier. Toutefois, rien n’indique à ce stade que la réponse cellulaire ou la production d’anticorps ne soient pas suffisamment efficaces, souligne Etienne Decroly. De plus, le « grand avantage des vaccins à ARN c’est que leur mise à jour ne prendrait que quelques semaines ». Le Monde se penche sur les travaux des généticiens et biologistes de l’évolution, qui scrutent le génome du SARS-CoV-2. « Nous changeons de régime. A la dynamique épidémiologique que nous subissions s’ajoute maintenant celle de l’évolution du virus », prévient Sylvain Gandon. Samuel Alizon et Bruno Canard détaillent plusieurs études sur les origines et les évolutions de ces mutations. « Après avoir rencontré des hôtes naïfs (…), le virus est confronté de plus en plus souvent à des hôtes déjà immunisés. Dans ces conditions, un variant légèrement plus performant, lorsqu’il apparaît, prend rapidement le dessus », explique Samuel Alizon.

Par ailleurs, France Info évalue l’efficacité du couvre-feu et reprend les avis de Jean-Stéphane Dhersin et Catherine Hill. France 3 Régions s’intéresse aux analyses des eaux usées réalisées par le réseau Obépine et cite les explications de Mylène Toubiana et Patrick Monfort. Enfin, Le Point et La Tribune se font l’écho des craintes des économistes face aux conséquences d’une pandémie qui s’éternise. Hippolyte d’Albis s’attend à des effets sur l’emploi et à une accélération des tensions migratoires.