Covid-19 : masque filtrant et décontaminant, spray nasal anti-virus, herbe à pic, lien entre le variant et la hausse de la létalité au Royaume-Uni

Le fabricant de masques BioSerenity a mis au point, en partenariat avec des chercheurs, le premier masque « filtrant et décontaminant » face au Covid-19. Ce dispositif médical à usage unique intègre quatre couches, dont une rendue bactéricide et virucide par un principe physique et un principe chimique de blocage, via l’utilisation de deux molécules : la cyclodextrine et l’ammonium quaternaire. « Ce tissu enrichi (…) filtre et élimine les agents pathogènes dans les deux sens », explique Bernard Martel, cité dans 20 Minutes. Les études montrent une réduction du virus de 99,9 % en moins de cinq minutes.

De son côté, Le Huffington Post précise que l’équipe de Philippe Karoyan développe un spray qui fonctionnerait comme un leurre contre le Covid-19.

CNews indique que, selon le laboratoire guadeloupéen Phytobôkaz, l’herbe à pic, une plante endémique des Antilles, pourrait inhiber « la réplication de tous les virus à ARN », dont le coronavirus et ses variants.

Enfin, Marianne examine la possibilité que le variant anglais soit associé à un risque accru de décès par rapport au virus d’origine, comme le craignent les autorités sanitaires britanniques. Morgane Bomsel explique que le gouvernement britannique se base sur un rapport du Nervtag, qui montre « qu’il y a une corrélation entre l’infection par le variant et l’augmentation de la létalité », mais qui n’avance pas « directement d’explication au lien entre les deux ». « Il faut attendre des analyses au niveau moléculaire et cellulaire pour conclure », indique-t-elle.