Synthèse de presse quotidienne 30/12/20 : actualités des laboratoires

Covid-19 : les fêtes perturbent la lecture des indicateurs épidémiques

Les indicateurs suivis par les scientifiques depuis le début de l’épidémie apparaissent particulièrement instables en cette fin d’année. Dans la perspective des repas en famille, « des gens sans aucun symptôme se sont mis à se faire tester, pour se rassurer », ce qui « induit un nombre de cas positifs plus importants », explique Jean-Stéphane Dhersin, spécialiste en modélisation des épidémies. Le nombre de tests réalisés entre le 14 et 20 décembre a en effet augmenté de 74 % par rapport à la semaine précédente. Mais ces personnes étant la plupart du temps négatives, le taux de positivité est passé de 6,1 % à 4,3 % entre les semaines 50 et 51. « Le véritable indicateur sera celui des hospitalisations, mais avec quinze jours de décalage », indique le mathématicien.

La-croix.com, 29/12 – Temps de lecture : 4 min

 

Quel est l’impact de l’année 2020 sur le futur ?

20 Minutes a rencontré trois spécialistes du futur, dont Virginie Tournay, membre de la Red Team chargée de créer des scénarios futuristes et disruptifs au profit de l’innovation de défense. « La crise du Covid-19 n’a pas rebattu les cartes », elle est « un catalyseur de signaux déjà présents dans la société », affirme la chercheuse, qui cite « la défiance des citoyens vis-à-vis des institutions » et « la remise en cause de l’autorité sociale et culturelle, qu’il s’agisse de la science ou des organisations publiques et administratives ». « Politiques, scientifiques et citoyens tweetent », de sorte que l’on ne sait plus « qui parle au nom de quoi ». Par ailleurs, en remettant en cause certaines attitudes collectives, la pandémie conduira peut-être à une nouvelle définition de l’« intérêt général » demain.

20minutes.fr, 29/12 – 6 min