Synthèse de presse quotidienne 25/11/20 : actualités des laboratoires

Covid-19 : assouplissement du confinement, indicateurs de l’épidémie, algorithme innovant

Emmanuel Macron s’est exprimé mardi soir pour annoncer des mesures d’assouplissement du confinement. Europe 1 a interrogé Jean-Stéphane Dhersin, responsable de la plateforme de modélisations Modcov 19, concernant la possibilité d’atteindre, au 1er décembre, l’objectif gouvernemental des 5 000 cas positifs au Covid-19 par jour. « Si on continue la descente telle qu’on la voit actuellement, au 1er décembre, on sera plutôt à un peu plus de 10 000 cas. Donc il faudra attendre une dizaine ou une quinzaine de jours supplémentaires pour atteindre les 5 000 cas », estime-t-il. BFMTVreprend également les explications de Jean-Stéphane Dhersin pour clarifier la lecture des indicateurs de l’épidémie, qui commencent à s’améliorer. Le chercheur explique que le pic actuel est moins fort que celui du printemps car la situation est « mieux gérée » cet automne. Mais attention, un autre pic peut encore survenir, met-il en garde. Sciences et Avenirreprend aussi les explications de Jean-Stéphane Dhersin concernant l’atteinte d’une immunité collective par la vaccination. Aujourd’hui en France cite à ce sujet l’avis de Bruno Pitard, spécialiste des vaccins.

Les Echos présentent un algorithme qui a été conçu par une équipe de scientifiques lyonnais pour produire une estimation du taux de reproduction R selon les données, le modèle et les contraintes qu’on souhaite lui imposer. « Nous pouvons calculer des estimations tous les soirs, en environ trois heures, pour 208 pays, 96 départements français et 50 Etats américains sur un ordinateur de bureau », affirme le chercheur Patrice Abry.

Le Monde se penche à son tour sur les travaux des chercheurs Gianluca Manzo et Arnout van de Rijt concernant l’utilisation des réseaux de contacts pour localiser les « super-contaminateurs ». Enfin, Midi Libre et LCI rappellent que la Haute autorité de santé (HAS) ne s’est pas encore prononcée sur la fiabilité du test EasyCov, développé par le CHU de Montpellier.