LPR : les chercheurs et les universitaires déplorent un manque de concertation

La loi de programmation de la recherche (LPR) a été votée vendredi, mais la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, se retrouve fragilisée, indique Libération. Car, bien que la ministre ait vanté le processus de concertation qui a abouti à sa loi, ses interlocuteurs estiment ne pas avoir été entendus. Outre un nouvel appel à la mobilisation lancé pour ce mardi, les organisations syndicales proposent de nouvelles formes de contestation : refus de participer aux missions d’expertise de l’Agence nationale pour la recherche (ANR) et du Haut Conseil à l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), suspension des travaux du Conseil national des universités (CNU)… Le mouvement concerne à la fois le monde universitaire et celui de la recherche. Une pétition signée par plus de 3 000 chercheurs demande au président Emmanuel Macron de rouvrir le débat au Parlement. Par ailleurs, une enquête de la revue Nature indique que plus de la moitié des jeunes chercheurs dans le monde ont une vision négative de leur avenir professionnel. Libération publie les témoignages de plusieurs chercheurs en début de carrière.

Libération, 24/09 – Temps de lecture : 4 min

Libération, 24/09 – 5 min