Covid-19 : nouvelle souche N501Y, vaccin de Pfizer-BioNTech, EasyCov

L’Humanité publie un entretien avec le virologue Etienne Decroly à propos de N501Y, la nouvelle souche du SARS-CoV-2 qui a été identifiée au Royaume-Uni. Des centaines de mutations ont déjà eu lieu en un an, mais celle-ci « est préoccupante car elle touche à la protéine Spike, qui joue sur la transmission du coronavirus », explique-t-il. Il n’est pas possible de savoir si le virus est plus pathogène ou plus dangereux tant que des études cliniques n’ont pas été menées. L’observation permet toutefois de supposer qu’il est plus contagieux. Interrogé sur une éventuelle moindre efficacité des vaccins face à cette nouvelle souche, Etienne Decroly répond qu’« il est possible qu’une toute petite partie des anticorps deviennent moins efficaces contre le virus, mais la plupart le resteraient ». Plusieurs autres experts apportent des explications dans les médias sur les caractéristiques et les conséquences possibles de cette mutation, dont Samuel Alizon, Bruno Canard, François Renaud, Florence Debarre, Morgane Bomsel et Hervé Fleury.

Alors que l’Agence européenne des médicaments a donné, lundi, son feu vert pour la mise sur le marché du vaccin de Pfizer-BioNTech, Etienne Decroly déclare à Aujourd’hui en France être optimiste : « Ce vaccin, même si on manque d’un petit recul sur la durée de l’immunité qu’il confère – trois ou six mois – est une première arme qui tombe au bon moment. »

France 3 Grand Est, L’Alsace et France Bleu rapportent que la société Firalis à Huningue (Haut-Rhin) a inauguré lundi le tout nouveau site de production d’EasyCov, le test salivaire conçu par des chercheurs de Montpellier, qui permet la détection rapide du virus SARS-CoV-2.

Par ailleurs, La Croix cite Jean-Stéphane Dhersin, qui réagit à la publication d’une étude selon laquelle les chiffres de mortalité du Covid-19 seraient sous-évalués de 12,4 % en raison de lenteurs administratives dans le décompte. Le Monde et Le Point s’intéressent à leur tour à l’enquête sur l’origine de la pandémie et reprennent les explications de Virginie Courtier, Etienne Decroly, Bruno Canard et Jean-Michel Claverie. Enfin, France Culture a invité Bruno Pitard à apporter des éclairages sur les vaccins à ARN messager.