Synthèse de presse quotidienne 13/11/20 : actualités des laboratoires

SARS-CoV-2 : mutation du virus, courbes des hospitalisations et réanimations

Plusieurs patients atteints par le coronavirus ont été réinfectés alors qu’ils devaient être immunisés. Ces cas pourraient se multiplier durant la deuxième vague. S’ils ne sont qu’une poignée de cas, ils interrogent la communauté scientifique. L’une des hypothèses serait une mutation du virus entraînant une absence de reconnaissance par le système immunitaire. Peu probable, estime pourtant Simon Fillatreau. « Jusqu’à maintenant le Sars-CoV-2 reste relativement stable. Par ailleurs, s’il s’agissait de mutations, nous verrions apparaître des foyers entiers de réinfection alors qu’on ne parle que de cas isolés », indique le chercheur.

Le Huffington Post décrypte les différentes courbes utilisées par le gouvernement pour présenter la pandémie, en particulier celles des réanimations et hospitalisations par département. Le principal inconvénient de cet indicateur, c’est qu’il y a un gros décalage temporel. « Pour les cas sévères, on a estimé qu’il se passe environ deux semaines entre l’infection et l’admission en réanimation. Donc l’impact d’une mesure contraignante ne sera visible que 14 jours après », explique Samuel Alizon.

Le département de la Vendée va expérimenter dans une quinzaine d’Ehpad les tests salivaires EasyCOV sur les résidents, personnels et visiteurs.

Cette pandémie est la plus importante depuis la grippe espagnole, qui décima une bonne partie de l’Europe il y a un siècle. Est-ce un accident de l’histoire ou bien va-t-on devoir s’habituer aux épidémies ? François Renaud livre son éclairage.