Covid-19 : stratégie française de vaccination, zoonoses

Les Echos s’interrogent sur l’importante quantité de vaccins commandée par la France, à savoir 200 millions de doses, ce qui doit permettre de vacciner 100 millions de personnes. C’est une « bonne nouvelle », estime Etienne Decroly, qui souligne le défi logistique de la vaccination. Et « s’il y a trop de vaccins, tant mieux ! », se félicite-t-il, évoquant la possibilité d’une distribution à des pays moins riches. Alors que le Royaume-Uni est devenu mercredi le premier pays à approuver l’utilisation du vaccin de Pfizer-BioNTech, le gouvernement français préfère rester prudent. Interviewé par France Info, le virologue Yves Gaudin estime que « la stratégie française est plutôt bonne » vis-à-vis des vaccins contre le coronavirus. « C’est vrai qu’il faut être prudent, il faudra être très vigilant », notamment sur les effets secondaires possibles. Face à l’arrivée imminente des vaccins en France, des scientifiques regrettent que certaines données ne soient pas encore publiées. La virologue Morgane Bomsel déplore ainsi que « beaucoup d’informations manquent » dans les résultats annoncés par les différents laboratoires sur l’efficacité de leurs produits, indique L’Express.

L’Obs se penche sur la multiplication des maladies passant de l’homme à l’animal du fait de la dégradation des espaces naturels et de l’élevage industriel. L’hebdomadaire se réfère à l’écologue Serge Morand, qui alerte depuis plusieurs années sur la rapidité de l’émergence des zoonoses, notamment en Asie du Sud-Est. L’Express s’interroge sur la nécessité d’identifier l’animal qui a transmis le présent coronavirus. Pour Franck Courchamp, cela est très compliqué, et surtout vain. L’Express reprend également les déclarations de François Renaud et Etienne Decroly.