Covid-19 : campagne de vaccination et réticences des Français

La Haute Autorité de Santé (HAS) a dévoilé lundi les cinq phases de la future campagne de vaccination contre le Covid-19. Le Figaro publie un entretien avec le sociologue Jeremy Ward. Cette campagne arrive dans un « contexte de doutes », souligne l’expert. « On observe une évolution après le premier confinement : une grande partie de la population n’a plus l’air de se sentir personnellement menacée, peut-être parce que le taux de mortalité a baissé. En outre, on ne sait pas encore grand-chose de ces vaccins. »

Alors que la campagne de vaccination donnera la priorité aux soignants, 20 Minutes observe que la profession est indécise. Le journal cite le sociologue Alexis Spire, qui mène un projet de recherche sur la confiance des soignants dans les institutions étatiques en temps de Covid-19. « Dans les entretiens, on a eu très peu de réponses fermes et définitives sur le vaccin (…), c’est trop tôt parce qu’il y a énormément d’incertitudes », explique-t-il.

Par ailleurs, Le Point cite l’épidémiologiste Catherine Hill, qui plaide pour qu’une campagne de test massive soit organisée afin d’identifier et d’isoler les malades asymptomatiques. Le Parisien s’interroge sur la capacité des vaccins à empêcher la contamination et reprend l’avis de Bruno Pitard, selon lequel le risque demeure en théorie. Le Mondereprend également les explications du chercheur à propos de la conservation à -70 °C du sérum développé par Pfizer et BioNTech, et à propos des vaccins à ARN. Enfin, Le Télégramme reprend les déclarations d’Anne Marie Moulin, médecin et philosophe, concernant l’histoire des réticences des Français face aux vaccins.