Covid-19 : durée de l’immunité naturelle, abandon du vaccin de l’Institut Pasteur, partage des brevets des vaccins

L’Express s’intéresse à deux études portant sur la réponse immunitaire face au Covid-19, publiées lundi. L’une d’elle, co-dirigée par l’équipe de Claude-Agnès Reynaud, s’intéresse au devenir des cellules B mémoires chez des patients présentant une forme modérée ou sévère de Covid-19 jusqu’à 6 mois après l’infection. Elle met en évidence l’accumulation des cellules mémoire spécifiques de la spicule (Spike) du SARS-CoV-2 au cours du temps et montre que les anticorps produits par ces cellules mémoires neutralisent le virus in vitro. Ce résultat est « très encourageant pour la vaccination et la question de la protection contre les variants, car les cellules mémoires peuvent s’adapter aux pathogènes et réinitier une réponse immune efficace et intense lors d’une nouvelle exposition », conclut l‘étude.

L’Opinion publie un entretien avec Frédéric Tangy, qui revient dans son livre « L’Homme façonné par les virus » (Odile Jacob) sur la décision de l’Institut Pasteur et du laboratoire américain Merck, le 25 janvier dernier, d’abandonner son projet de vaccin contre le Covid-19, inspiré de celui contre la rougeole. Le chercheur explique que « les réponses anticorps induites par ce vaccin étaient plus faibles que celles induites chez des patients convalescents ou (…) par des vaccins ARN messager ». Il analyse l’avantage des Anglo-Saxons dans la course mondiale aux vaccins. Pour autant, « à Pasteur, nous poursuivons le combat contre la Covid », déclare-t-il.

Parallèlement, des voix s’élèvent pour demander la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19, une pratique en théorie autorisée par les dispositifs de licence obligatoire et de licence d’office prévus par l’Organisation mondiale du commerce. « Dans le cadre de l’urgence sanitaire actuelle, il n’est pas étonnant qu’on y réfléchisse aujourd’hui », explique Maurice Cassier aux Echos.

Par ailleurs, Le Parisien s’interroge sur l’efficacité du vaccin AstraZeneca face au variant sud-africain et indique que la circulation de ce variant augmente outre-mer, en particulier à Mayotte et à La Réunion. « Alors qu’on recensait une cinquantaine de cas par semaine depuis le début de l’année, nous sommes désormais passés à 150 en moins de trois jours à pour la seule île de La Réunion », déplore Patrick Mavingui. La Dépêche du Midi rapporte que l’analyse des eaux usées réalisée par le réseau de laboratoires Obépine dans la métropole de Toulouse signale une présence du virus en hausse depuis la mi-janvier, pour atteindre un niveau au-dessus de celui de novembre dernier. La Voix du Nordprésente le masque virucide Bioserenity, créé par l’université de Lille en partenariat avec des laboratoires de recherche. Cette protection de très haute performance contre le SARS-CoV-2 est le fruit d’une synergie gagnante entre innovation scientifique et développement technologique. Enfin, sur France Inter, Serge Morand appelle à fonder une social-écologie de la santé et du bien vivre ensemble pour contrer les pandémies nées de l’effondrement de la biodiversité.