Covid-19 : reprise de l’épidémie, variants, origine de la pandémie, couvre-feu, anosmie, EasyCov

Plusieurs indicateurs, dont l’analyse des eaux usées réalisée par le réseau Obépine, laissent penser que les contaminations repartent à la hausse en France. Le confinement de novembre n’a pas permis d’enrayer l’épidémie, observe Le Figaro. « On sait depuis août que la deuxième vague est là, et depuis début décembre que le second confinement a eu un effet plus limité puisque nous avons un plateau au niveau des hospitalisations. On ne peut donc que craindre un effet des fêtes », déclare Samuel Alizon, spécialiste en modélisation de l’épidémiologie et de l’évolution des maladies infectieuses.

Selon son collègue Mircea Sofonea, une réaction trop tardive face au variant britannique risque de rendre l’épidémie totalement incontrôlable, même « avec un confinement aussi restrictif que ce qu’on a connu lors de la première vague ». L’Express constate que le séquençage du virus SARS-CoV-2, qui permet de suivre l’évolution du variant, est peu répandu en France, contrairement aux pays anglo-saxons. « La France a partagé environ 2 500 séquences contre 123 000 pour le Royaume-Uni », confirme Samuel Alizon. La Montagne reprend les explications du virologue Etienne Decroly concernant la plus grande contagiosité des variants anglais et sud-africain. Le second serait « plus problématique » que le premier en ce qui concerne la vaccination, indique l’expert.

De son côté, Aujourd’hui en France rapporte que, selon une étude publiée vendredi dans Science par des virologues chinois, le vison pourrait être à l’origine de la pandémie. « Les visons sont une hypothèse parmi d’autres. Problème : nous manquons de données issues des élevages chinois par exemple. Si la pandémie part véritablement d’une ferme, il est important de le savoir et de traiter le problème », réagit Etienne Decroly. LCI rappelle les trois hypothèses émises jusque-là par le virologue : une zoonose, l’adaptation à l’humain d’un coronavirus et un accident de laboratoire.

Depuis dimanche, huit nouveaux départements sont concernés par l’avancement du couvre-feu à 18h00. Le Huffington Post et DNA soulignent l’utilité de la mesure, rappelant que, selon une étude récente, le couvre-feu protège en particulier les personnes âgées de 60 ans et plus.

Ouest-France indique que CovidAnosmie, la première application de rééducation pour les patients victimes d’une anosmie, sera lancée mardi. Conçue à partir de travaux menés par des scientifiques, l’appli repose sur un protocole d’inhalations d’huiles essentielles à haute concentration.

Le JDD, France 3 Occitanie et Le Quotidien du Médecin indiquent à leur tour que le remboursement du test salivaire EasyCov par la Sécurité sociale a été validé, suite aux recommandations de la Haute autorité de santé (HAS).